AAAVAM
Actualités
Accident de Cars

Malgré L'accident survenu le 31 juillet 1982 sur l'autoroute A6 près de Beaune, en Côte-d'Or. Accident routier le plus meurtrier en France à ce jour, il a fait 53 morts dont 44 enfants et adolescents âgés de 6 à 15 ans. La plupart des victimes se trouvaient à bord d'un autocar qui a pris feu à la suite de l'accident et étaient originaires de la commune de Crépy-en-Valois dans l'Oise.

44 enfants brulés vifs, auraient du interpeler la délégation Interministérielle à la Sécurité Routière et aussi le Ministre des transports Charles Fiterman (communiste), malheureusement, il n’en a rien été ces accidents continuent comme plus récemment à Puisseguin avec une cinquantaine de morts également brulés vifs.

Les anxiolytiques Alcool, mais aussi les « tranquillisants et les somnifères » Anxiolytiques à base de Benzodiazépines sont impliqués dans la plupart de ces catastrophes.

L’AAAVAM a longtemps demandé que des mesures de prévention soient mises en place, mais n’a obtenu que des « pictogrammes » sur les boîtes de ces drogues légales, en 2016, 35 ans après l’accident de Beaune, toujours aucune analyse toxicologique, aucun contrôle routier, les fonctionnaires responsables sont parfaitement au courant mais ils restent dans le silence.

L’AAAVAM réclame des mesures de prévention, des contrôles aléatoires des drogues légales et illégales, les services de Police et de la Gendarmerie sont en mesure de faire ces contrôles.

Pour les conducteurs de CARS, de camions, mais aussi pour les personnels navigant des compagnies d’aviation, des contrôles réguliers, comme pour la SNCF tous les 6 mois, avec interdiction de conduire ou de piloter sous l’empire de ces drogues, sont indispensables

Tous responsables et coupables, même les Associations de lutte contre la violence routière (à l’exception de la Prévention Routière, sont bien silencieuses sur ce sujet.

 

Actualités Lire la suite Toutes les actualités
Vidéo AAAVAM
Loading the player ...
 
"Allô Docteurs" - France 5
Voir toutes les vidéos
Edito
GILETS JAUNES !

Président de l’AAAVAM, je suis solidaire de la plupart des revendications des « Gilets Jaunes », beaucoup des adhérents de l’Association sont handicapés à la suite de la consommation d’un médicament défectueux, ils sont souvent éloignés des métropoles, ils sont abandonnés par la République.

Ne voulant pas être récupéré politiquement, je ne défilerai pas sur les Champs Élysées le 2 décembre 2018.

Toutefois, je suis déjà intervenu sans gilet jaune auprès des instances gouvernementales pour défendre les Victimes des risques des médicaments. 

Ces interventions n’ont pas été rendues publiques, j’ai rencontré ces derniers mois en « off » des Ministres, des Députés et de nombreux responsables de la Santé Publique, et même des journalistes.

J’ai dénoncé les Milliards volés à la Sécurité Sociale et au budget de la Nation par les Laboratoires pharmaceutiques, ces malversations ne profitent qu’aux actionnaires des multinationales. 

Cet argent volé ne profite ni aux chercheurs, ni aux 200 000 salariés de ces industries et pas davantage aux malades ! Ces malversations sont soutenues par la crédulité comptable gouvernementale, qui n’a rien à envier à la « crédulité » de ceux qui vivent dans le monde des Bisounours !

Notre Combat avance lentement, ainsi l’Alerte de l’AAAVAM acceptée en novembre 2016 par l’actuelle Ministre de la Santé la Professeur Agnès Buzynconcernant les suicides et les actes de violences favorisés par des prescriptions en mésusages de « tranquillisants et de somnifères » de la classe des Benzodiazépines, a donné lieu le lundi 26 novembre 2018 à la signature d‘une « charte » entre l’Ordre National des Pharmaciens et le Directeur Général de l’ANSM le Docteur Dominique Martin.

« Les pharmaciens d’officines ont désormais l’obligation de « signaler » à l’ANSM les achats excessifs ou en dehors des A.M.M. de médicaments psychotropes (Opiacés et Benzodiazépines) les amateurs de Lexomil® ou de Tramadol® n’ont plus qu’à bien se tenir !

Par ailleurs, l’ANDROCUR® vient s’ajouter à la longue liste des médicaments défectueux du laboratoire Bayer®, STALTOR®, CHOLSTAT®, BAYERMA®, DIANE 35, XARELTO®, Etc…, mais les autres Laboratoires ne sont pas épargnés par les effets indésirables non signalés par une pharmacovigilance qui ne fonctionne pas : MEDIATOR®, ISOMERIDE®, VIOXX®, AMIODARONE CORDARONE®, AGREAL®, DEPAKINE®, DISTILBÈNE, THALIDOMIDE®, ROACCUTANE®, TAVANIC®, NOROXINE®, Etc.

En conformité avec les buts de l’AAAVAM nous aiderons comme nous le faisons depuis 27 ans les Victimes de ces catastrophes par des informations médicales et des aides psychologiques, nous aiderons aussi les Victimes et leurs ayants droit par des actions judiciaires. 

Mais avant tout nous réclamons de la « Prévention » notamment par une pharmacovigilance en temps réel, une formation des médecins à la toxicologie pour éviter le mésusage des médicaments souvent à l’origine de séquelles ou de décès.

Entre les immeubles qui s’effondrent, les accidents des médicaments, les petites retraites qui diminuent, l’ambiance sera plutôt morose en cette fin d’année 2018 que nous vous souhaitons néanmoins la moins mauvaise possible grâce à la fraternité de ceux qui sont en bonne santé avec un travail ou une retraite leur permettant d’aider leurs proches.

Georges Alexandre Imbert

Président de l’AAAVAM

 

 

 

Lire la suiteTéléchargements
   
- Bulletin n°44 - Juillet 2018 - Télécharger
Newsletter
Newsletter
 
Nom :
Prénom :
E-mail :
 
Newsletter
TNC