AAAVAM
Actualités
Accident de Cars

Malgré L'accident survenu le 31 juillet 1982 sur l'autoroute A6 près de Beaune, en Côte-d'Or. Accident routier le plus meurtrier en France à ce jour, il a fait 53 morts dont 44 enfants et adolescents âgés de 6 à 15 ans. La plupart des victimes se trouvaient à bord d'un autocar qui a pris feu à la suite de l'accident et étaient originaires de la commune de Crépy-en-Valois dans l'Oise.

44 enfants brulés vifs, auraient du interpeler la délégation Interministérielle à la Sécurité Routière et aussi le Ministre des transports Charles Fiterman (communiste), malheureusement, il n’en a rien été ces accidents continuent comme plus récemment à Puisseguin avec une cinquantaine de morts également brulés vifs.

Les anxiolytiques Alcool, mais aussi les « tranquillisants et les somnifères » Anxiolytiques à base de Benzodiazépines sont impliqués dans la plupart de ces catastrophes.

L’AAAVAM a longtemps demandé que des mesures de prévention soient mises en place, mais n’a obtenu que des « pictogrammes » sur les boîtes de ces drogues légales, en 2016, 35 ans après l’accident de Beaune, toujours aucune analyse toxicologique, aucun contrôle routier, les fonctionnaires responsables sont parfaitement au courant mais ils restent dans le silence.

L’AAAVAM réclame des mesures de prévention, des contrôles aléatoires des drogues légales et illégales, les services de Police et de la Gendarmerie sont en mesure de faire ces contrôles.

Pour les conducteurs de CARS, de camions, mais aussi pour les personnels navigant des compagnies d’aviation, des contrôles réguliers, comme pour la SNCF tous les 6 mois, avec interdiction de conduire ou de piloter sous l’empire de ces drogues, sont indispensables

Tous responsables et coupables, même les Associations de lutte contre la violence routière (à l’exception de la Prévention Routière, sont bien silencieuses sur ce sujet.

 

Actualités Lire la suite Toutes les actualités
Vidéo AAAVAM
Loading the player ...
 
"Allô Docteurs" - France 5
Voir toutes les vidéos
Edito
Bonne nouvelle pour les Victimes du MEDIATOR

Bonne nouvelle pour les Victimes du MEDIATOR, en effet, le renvoi de quelques responsables « présumés » de cette catastrophe sanitaire, médiatique et industrielle par-devant le Tribunal correctionnel nous a enfin été communiqué.

La copie de l’Ordonnance des Juges d’instruction Mesdames Robinson et Thepaut fait près de 700 pages !

Nous les félicitons pour le travail accompli, malgré des Lois iniques qui protègent la criminalité organisée scientifiquement !

L’Association AAAVAM a été créée en 1992 pour lutter contre les suicides favorisés par le « mésusage » des tranquillisants et des somnifères, par la suite, des Victimes d’autres médicaments défectueux nous ont rejoints (Distilbène, Vioxx, Lariam, Staltor & Cholstat, Agreal, les Quinolones, le Roaccutane, celles du Sabril, de la Cordarone, de la Depakine, Etc), plus de 12000 témoignages à ce jour.

Malgré des avancées significatives grâce à nos 25 ans de combat, avec en l’an 2000 la modification des RCP (Vidal et notices) des Tranquillisants et des somnifères « Benzodiazépines » avec la mention : « Peut favoriser un passage à l’acte suicidaire », également : les « pictogrammes » pour la Sécurité Routière, la création des CRCI-ONIAM, la loi Kouchner en 2002, la directive Européenne sur les médicaments défectueux, Etc ; toutefois, Il faut bien se rendre à l’évidence : seule l’impacte médiatique permet de lutter contre l’empoisonnement organisé pour la course aux profits des multinationales de la chimie pharmaceutique !

L’empoisonnement et la mort de milliers de citoyens par des médicaments dangereux, mis sur le marché grâce à des autorisations falsifiées et peu contrôlées, en cela aidés par des fonctionnaires « zélés » (ceux de l’Agence de Sécurité Sanitaire ANSM) reste considérés en France en 2017 (rapport Mediator) comme une simple tromperie passible des tribunaux réservés aux voleurs de bicyclettes !

Nos Cours d’assises restent réservées à quelques malades mentaux qui sous les effets des anxiolytiques se prennent pour des soldats d’un Dieu appelant à la guerre sainte, ou à des frustrés qui tuent femmes et enfants sous l’empire de ces drogues légales. (Crimes sous tranquillisants aux éditions du Dauphin) .

La Justice ne fonctionne pas, les auxiliaires de cette justice s’en contentent en acceptant l’inacceptable sans revendiquer.

La Sécurité Sociale et les Mutuelles Santé remboursent tous les produits défectueux et en mésusages sans aucun contrôle, favorisant les décès et la multiplication des dépenses inutiles au détriment de la Santé Publique.

Il faut réformer ces institutions d’un autre temps.

Georges Alexandre Imbert

 

 

 

 

Lire la suiteTéléchargements
   
- Bulletin n°42 - Télécharger
Newsletter
Newsletter
 
Nom :
Prénom :
E-mail :
 
Newsletter
TNC