AAAVAM
Actualités
Déferlante de Suicides à France Télécom
  Madame Roselyne BACHELOT
Ministère de la Santé
14, avenue Duquesne
75007 PARIS

Paris le samedi 11 septembre 2010,
Madame la Ministre, Les activités de notre Association ne doivent pas consister seulement à critiquer les dysfonctionnements que nous constatons par la réception de milliers de témoignages des familles ; nous essayons aussi de contribuer à l’amélioration des services de santé.

Ainsi, spécialisés depuis 18 ans dans la recherche des causes des suicides et des homicides nous ne pouvons rester silencieux après la nouvelle déferlante de suicides à France Télécom.

Il y a à notre avis trois raisons principales à cette hécatombe :
·      la première tient au recrutement de certains personnels de cette importante société, leurs traits de caractère (sensibilité exacerbée) n’ont certainement pas échappé aux psychiatres.

·     La deuxième raison, celle dénoncée par les Syndicats, c’est la « pression » exercée sur ces personnes par le système d’organisation du travail.

·     La troisième raison ce sont les soins et les traitements ordonnés par des médecins totalement incompétents face aux inextricables situations créées de toutes pièces par l’organisation méthodologique du travail.

Les dépressions dont sont victimes ces personnels, rejaillissent au sein du noyau familiale créant ainsi toutes les conditions nécessaires pour des autolyses réussies ; il ne reste plus qu’à passer à l’acte grâce aux anxiolytiques ordonnés à profusion par des médecins souvent eux même victimes de ces drogues légales, en effet, le nombre des suicides et de drames est aussi très important pour le corps médical.

Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur une publication récente dans le Journal de Psychiatrie au Canada, faisant référence à une étude sur les « tranquillisants et les somnifères » psychotropes cités comme responsables d’une importante augmentation de la mortalité par suicide.
En ce qui concerne la France, cela fait bien longtemps que notre Association dénonce ce phénomène et demande des études sérieuses sur ce problème majeur de santé publique.

Notre Association a obtenu en l’an 2000 la modification du RCP, il a été ajouté à notre demande « Peut favoriser un passage à l’acte suicidaire », pour autant le Ministère de la Santé et la HAS n’ont rien entrepris pour modifier les pratiques des prescripteurs.
Les médicaments de cette classe dérivés du Valium®, à bases de benzodiazépines, favorisent le passage à l’acte suicidaire, mais aussi les homicides, délivrés sans retenue et en-dehors des A.M.M. on les retrouve comme facteurs déclenchant dans des affaires de crimes sexuels et autres récidives.

Devant la gravité de la situation, nous demandons la création d’une commission d’enquête destinée à faire des propositions pour faire cesser ces incitations aux suicides et aux homicides, nous avons l’honneur de vous demander Madame le Ministre de nous associer à cette mission d’intérêt général.

Nous restons à votre disposition et aussi à celle de vos services, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en nos sentiments les plus respectueux.

Georges Alexandre IMBERT Président de AAAVAM
   
TNC